Colloque "De la séduction à l’agression"

Argumentaire

L'évolution sociétale, la médiatisation de scandales récents (notamment l'affaire « Harvey Weinstein »), les vagues de réactions (#MeToo, #balancetonporc sur Twitter, #Iwas), mais aussi le maintien ou l'augmentation des violences interpersonnelles dans l'espace public (incluant le milieu du travail), viennent questionner les représentations collectives du féminin et du masculin et les interactions hommes - femmes, notamment celles qui pourraient mener à la violence ou plus exactement de la séduction à l'agression (diverses formes de harcèlement, de sexualité avec manipulations coercitives, etc.).

C'est pour répondre à cette réflexion que les équipes de recherche Qualipsy (EE 1901 Qualité de vie et Santé psychologique), l'IRJI (Institut de Recherche Juridique Interdisciplinaire François-Rabelais) et le Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences sexuelles du Centre-Val de Loire (CRIAVS CVL) du CHU de Tours organisent le colloque pluridisciplinaire et international intitulé « De la séduction à l'agression ? La question du harcèlement ».

Il croisera des points de vue issus des apports de la psychologie, de la sexologie, de l'anthropologie, de la sociologie et du droit.

La première partie abordera entre autres les questions des constructions du masculin et du féminin dans notre société contemporaine, la place de chacun·e, les nouveaux repères dans les relations hommes-femmes, la question des violences interpersonnelles et les frontières entre la séduction et l'agression. La seconde partie abordera plus particulièrement la question du harcèlement dans une perspective psychosociologique, d'une part, et juridique, d'autre part. Les interventions du colloque essaieront de préciser où commence l'agression, notamment dans les formes de harcèlement, comment la définir, la catégoriser et la sanctionner, comment accompagner les auteurs et les victimes. Le colloque doit à la fois répondre à des enjeux de sensibilisation et de formation des étudiants et des professionnels, mais aussi à un questionnement qui peut nourrir la recherche.